Nos rédacteurs, voyageurs passionnés, vous livrent, au fil de leurs escales et de leurs pensées, leurs humeurs du moment, leurs coups de gueule d'un soir. Des plumes irrésistibles qui nous font voyager avec délectation.

Vous avez prévu quelque chose pour vos vacances en 5525 ? Non, pas encore ? Remarquez, y’a pas le feu non plus. Surtout qu’avec le réchauffement climatique, la prudence s’impose. Si ça se trouve, on pourra aller faire du bronzing sous les palmiers en Sibérie, en regardant  des ours blancs déambuler en tongs, alors que la disparition du Gulf Stream aura transformé la Mer d’Iroise en banquise…

Donc prenons le temps de la réflexion. Sauf si vous avez décidé d’effectuer un voyage en Bolivie… Car ce pays est entré la semaine dernière dans une année nouvelle, l’an 5524, par décision de son ombrageux président, Evo Moralès.

Plus ancien chef d’état d’Amérique latine et seul d’origine amérindienne, Evo Moralès a décidé s’imposer le calendrier solaire des Indiens Aymara, son ethnie d’origine.

Selon leurs grands prêtres et leurs astrologues, cette ethnie était déjà vieille de 5000 ans au moment de l’arrivée des conquistadores espagnols en 1492, il y a donc exactement 524 ans. Vous ajoutez cette somme aux 5000 ans précolombiens et vous arrivez en 5524. Pigé ?

Petite originalité de ce calendrier aymara : l’année se décompose en 13 mois de 28 jours. Ce qui nous amène à 364 jours auxquels, selon le président Moralès, il convient d’ajouter un jour zéro, qui tombe le 21 juin, date du solstice d’hiver dans l’hémisphère sud et qui marque un nouveau cycle pour le soleil que les Indiens Aymara appellent affectueusement « Tata Inti ».

Et si vous trouvez que c’est un peu compliqué, gardez vos réflexions pour vous. Le président Moralès a jeté aux orties le calendrier grégorien estimant qu’il était trop bordélique avec ses mois à 28, 29, 30 ou 31 jours.

Dernier petit tuyau pour vos vacances à La Paz en 5525 : le 21 juin a été proclamé fête nationale. Ca doit valoir le coup…

Author image
Thèmes associés : #Brèves d’escales

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@