Faire une croisière sur le Nil appartient à l'imaginaire touristique de nombre de Français. Naviguer au fil de l'eau de temple en sanctuaire à la rencontre de la civilisation mythique des Ramsès, Nefertiti, Toutankhamon, Isis ou Osiris, est le rêve le plus facile à réaliser. Au bord du Nil, c'est toute une vie qui défile devant le bateau comme un documentaire du quotidien au milieu de l'extraordinaire. Karnak, Vallée des Rois, Edfou, Kôm Ombo, Assouan, Abou Simbel... autant de noms gravés depuis des millénaires dans l'histoire au delà de l'Egypte. Il y a bien sûr les pyramides de Guizeh et le sphinx tout au nord dans la banlieue du Caire, un voyage en soi, mais pour une croisière, le Nil mène au sud de Louxor à Assouan, avec une escapade routière possible jusqu'au lac Nasser pour les prestigieux temples sauvés de la submersion à Abou Simbel.

Point de départ des ferries pour une remontée du Nil, l'ancienne Thèbes concentre déjà en ses murs et alentours quelques unes des merveilles d'Egypte : le temple de Louxor donc, celui de Karnak, et sur l'autre rive du fleuve, les colosses de Memnon, la Vallée des Rois, celles des Reines et des Artisans, le temple d'Hatchepsout... et d'autres beautés.

Puis en navigation, la première animation n'a rien d'historique : le passage de l'écluse d'Esna avec ses petits bateaux de petits vendeurs de fruits, souvenirs... Les grands souvenirs commencent au temple d'Edfou avant d'atteindre, le plus souvent pour une visite à la tombée du jour, celui de Kôm Ombo. L'arrivée à Assouan est un enchantement au milieu des felouques évoluant au plus près de l'île Eléphantine et ses villages nubiens. On y visite l'obélisque brisée abandonnée dans sa carrière, le souk et bien sûr le barrage qui créa le lac Nasser. Le réembarquement se fait sur un motorboat, direction le temple de Philae, une merveille sauvée des eaux lors de la création du lac et déplacée sur une colline proche. C'est ce même sort qui a rendu célèbre Abou Simbel avec un temple dédié à Ramsès II et un autre à sa femme Néfertari, tous deux démontés et réinstallés sur la berge par une solidarité internationale rarement aussi unanime. Mais pour y parvenir, il aura fallu prendre au milieu de la nuit place à bord d'un convoi de cars et voitures escorté de militaires pour parcourir quelque 300 km à travers le désert et tomber en extase à l'arrivée au moment même où le soleil se lève sur le lac et les temples dans une lumière d'or. Un moment unique. Merci Râ... comme aurait dit Ramsès, ses prédécesseurs et successeurs.

Partir en Egypte avec Salaün Holidays

Une allée de lions de pierre conduit au temple de Karnak, site religieux le plus ancien au monde. Agrandi et embelli au long des siècles, il comporte en fait trois temples principaux, plusieurs plus petits et extérieurs.

Dédié à Amon, le temple de Louxor a au moins deux originalités : un seul obélisque en façade puisque l'autre a été offert à la France et trône sur la place de la Concorde à Paris ; une mosquée construite en son centre qui épouse les murs honorant les dieux des pharaons.

Les impressionnants colosses de Memnon, que des centaines d'oiseaux recouvrent, sont tout ce qu'il reste du temple d'Amenhotep III qu'ils représentent.

Les vallées des rois et des reines, face à Louxor, recèlent des tombes à découvrir au gré des ouvertures alternées pour préserver les salles richement décorées. Semblant plus modeste, celle des artisans, moins fréquentée, est aussi époustouflante.

Il y a toujours foule pour s'approcher des escaliers qui mènent au temple mortuaire de la seule femme pharaon, Hatchepsout. Creusé dans la montagne et en terrasses, il ne ressemble à aucun autre des édifices érigés à la gloire des souverains.

Deuxième plus grand temple après Karnak, et l'un des mieux conservé, Edfou, dédié au dieu Horus, a été achevé en 57 avant JC par Ptolémée XII, le père de Cléopatre.

Double temple dédié aux dieux Sobek et Harëris, Kôm Ombo est un des plus impressionnants d'Egypte et donne toute sa beauté quand arrive la nuit.

Au cœur du Nil sur un promotoire, le temple de Philae, dédié à Isis, fut sauvé de la submersion du lac par l'Unesco. Une parenthèse hors du temps lors de l'escale à Assouan.

Abou Simbel est l'icône de l'Egypte. Avec à l'occasion, un choc de civilisation quand un avion se pose sur la piste voisine après avoir survolé le temple de Nefertari, l'épouse chérie de Ramsès II. Un recordman : 70 ans de règne, 12 épouses, 200 concubines et 126 enfants.

Face à l'entrée du temple de Ramsès II à Abou Simbel, quoi de plus ludique au soleil levant de prendre la pose et recréer par ombre portée les silhouettes des gravures des temples.

 

 

 

Author image
Thèmes associés : #Portfolio

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@