Peu de pays au monde intègrent d’une façon si évidente la vie quotidienne et la musique. Depuis 5 siècles, Cuba a digéré les influences venues de toute part. A la musique apportée par les colons espagnols se sont ajoutés des nouveaux rythmes, instruments, importés par les esclaves chinois et Africains. De façon plutôt informelle, dans les bars, dans les rues, dans les "casas de la musica", elle est toujours présente et restera comme un souvenir incontournable d’un voyage à Cuba.Près de Santiago, au Castillo del Morro, une belle forteresse du XVIIe siècle destinée à protéger Santiago de l’attaque des pirates, c’est encore au son d’un orchestre que nous sommes accueillis.

Près de Santiago, au Castillo del Morro, une belle forteresse du XVIIe siècle destinée à protéger Santiago de l’attaque des pirates, c’est encore au son d’un orchestre que nous sommes accueillis.Sur la place principale de Santiago, c'est tout un ensemble symphonique qui vient s'installer pour un concert gratuit de deux heures.

Sur la place principale de Santiago, c'est tout un ensemble symphonique qui vient s'installer pour un concert gratuit de deux heures.Santiago. La maison del Caribe. En plein air, dans l'après-midi, près de deux cents personnes rejoignent le jardin d’une jolie maison, autour d’un orchestre. On y vient en famille, on boit de la bière, du rhum, on refait le monde, et on danse.

Santiago. La maison del Caribe. En plein air, dans l'après-midi, près de deux cents personnes rejoignent le jardin d’une jolie maison, autour d’un orchestre. On y vient en famille, on boit de la bière, du rhum, on refait le monde, et on danse.

Santiago. La maison del Caribe. En plein air, dans l'après-midi, près de deux cents personnes rejoignent le jardin d’une jolie maison, autour d’un orchestre. On y vient en famille, on boit de la bière, du rhum, on refait le monde, et on danse.

Santiago. La maison del Caribe. En plein air, dans l'après-midi, près de deux cents personnes rejoignent le jardin d’une jolie maison, autour d’un orchestre. On y vient en famille, on boit de la bière, du rhum, on refait le monde, et on danse.Santiago, dans l'arrière-cour d'un édifice, un concert improvisé.

Santiago, dans l'arrière-cour d'un édifice, un concert improvisé.A Santiago, la casa de la Trova. Dans la petite salle couverte des photos des musiciens qui ont fait l’histoire musicale de la ville, l'orchestre est à son poste, devant un public d’une vingtaine de personnes, parmi lesquels seulement deux ou trois étrangers.

A Santiago, la casa de la Trova. Dans la petite salle couverte des photos des musiciens qui ont fait l’histoire musicale de la ville, l'orchestre est à son poste, devant un public d’une vingtaine de personnes, parmi lesquels seulement deux ou trois étrangers.Trinidad, à l’heure où le soleil décline, il est agréable d’aller s’attabler à l’un des deux bars accueillants, près des escaliers qui descendent de la casa de la Musica, et se laisser emporter, autour d’un rhum bien frappé, d’une bière Bucanero ou Cristal, par les rythmes envolés des groupes qui se succèdent jusqu’à tard dans la nuit.

Trinidad, à l’heure où le soleil décline, il est agréable d’aller s’attabler à l’un des deux bars accueillants, près des escaliers qui descendent de la casa de la Musica, et se laisser emporter, autour d’un rhum bien frappé, d’une bière Bucanero ou Cristal, par les rythmes envolés des groupes qui se succèdent jusqu’à tard dans la nuit.Trinidad, à l’heure où le soleil décline, il est agréable d’aller s’attabler à l’un des deux bars accueillants, près des escaliers qui descendent de la casa de la Musica, et se laisser emporter, autour d’un rhum bien frappé, d’une bière Bucanero ou Cristal, par les rythmes envolés des groupes qui se succèdent jusqu’à tard dans la nuit.

Trinidad, à l’heure où le soleil décline, il est agréable d’aller s’attabler à l’un des deux bars accueillants, près des escaliers qui descendent de la casa de la Musica, et se laisser emporter, autour d’un rhum bien frappé, d’une bière Bucanero ou Cristal, par les rythmes envolés des groupes qui se succèdent jusqu’à tard dans la nuit.La Havane. Le bar la Bodeguita del Medio. Il a été fréquenté par Hemingway, Salvador Allende ou Pablo Neruda et revendique la création du célèbre cocktail : le mojito.

La Havane. Le bar la Bodeguita del Medio. Il a été fréquenté par Hemingway, Salvador Allende ou Pablo Neruda et revendique la création du célèbre cocktail : le mojito.

La Havane, sur le malecon, le tromboniste répète.

La Havane, sur le malecon, le tromboniste répète.Sur la terrasse d'un bar du malecon, à la Havane.

Sur la terrasse d'un bar du malecon, à la Havane.Concert improvisé dans une arrière-cour de la Havane.

Concert improvisé dans une arrière-cour de la Havane.

Dand les rues de la Havane, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, un musicien peut en cacher un autre.

Dand les rues de la Havane, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, un musicien peut en cacher un autre.

Author image
Thèmes associés : #Portfolio

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@