- Les magnfiques îles Kornati, au large de la côte dalmate, qu’on visite à partir de Zadar où des îles environnantes, Pasman, Murter ou Dugi Otok.
Les magnfiques îles Kornati, au large de la côte dalmate, qu’on visite à partir de Zadar où des îles environnantes, Pasman, Murter ou Dugi Otok.
 
- Venise, dernière étape avant la Slovénie.
Venise, dernière étape avant la Slovénie.
 
- Le combi Volkswagen, du côté de Vérone en Italie.
Le combi Volkswagen, du côté de Vérone en Italie.
 
- Les magnifiques grottes de Postjona entre Trieste et Lubljana, en Slovénie.
Les magnifiques grottes de Postjona entre Trieste et Lubljana, en Slovénie.
 
- Vue sur l’île de Rab, en Croatie, un paradis minéral au milieu d’une eau cristalline.
Vue sur l’île de Rab, en Croatie, un paradis minéral au milieu d’une eau cristalline.
 
- Initiation à la plongée au nord de l’île de Rab.
Initiation à la plongée au nord de l’île de Rab.
 
- Sur le front de mer à Zadar, des orgues réellement marines, installées sous la cale, sonnent au gré du ressac et des vents dominants. Petits et grands adorent se baigner à cet endroit, où viennent aussi s’amarrer les paquebots.
Sur le front de mer à Zadar, des orgues réellement marines, installées sous la cale, sonnent au gré du ressac et des vents dominants. Petits et grands adorent se baigner à cet endroit, où viennent aussi s’amarrer les paquebots.
 
- Vue sur la cathédrale Saint Jacques, à Sibenik, au nord de la Dalmatie.
Vue sur la cathédrale Saint Jacques, à Sibenik, au nord de la Dalmatie.
 
- Ljubljana, un havre de paix au pied des Alpes, porte d’entrée des Balkans et capitale détendue de la Slovénie.
Ljubljana, un havre de paix au pied des Alpes, porte d’entrée des Balkans et capitale détendue de la Slovénie.

Que fait un journaliste de voyage lorsque vient le temps des congés estivaux ? Il voyage… différemment sans doute, mettant l’accent sur les proches et le grand air mais avec cette même envie de partager sa passion pour un pays, un site, une culture. Après une année riche en périples relatés dans les colonnes de Salaün mag et le site salaunmag.com, c’est pour ma part vers l’Adriatique que j’ai orienté ma boussole en juillet 2013. Au moment même où la Bretagne connaissait une canicule qui devait nous accompagner tout au long du trajet.

 

Un bon vieux combi Volkswagen, quelques cartes et le bonheur de traverser un continent désormais uni, sans aucun contrôle douanier, pour gagner les rivages du petit nouveau de la classe européenne, la Croatie, qui a rejoint l’Union début juillet.

 

Pour les enfants nés au milieu des années 2000 qui découvrent les Balkans derrière les vitres du combi, il est difficile de croire qu’une guerre terrible a ravagé la région il y a moins de trente ans. Les inoubliables plongées dans les eaux limpides des îles de Rab, Pag, Pasman ou Murter, la découverte des fascinantes grottes de Postjona, des villes médiévales superbes comme Sibenik ou Trogir ou la silhouette des Kornati dans le couchant ont vite fait d’effacer les mots qui tentent d’expliquer ce conflit. Comme se sont ici largement effacés les stigmates d’un drame qui marque encore la Serbie et la Bosnie voisine.

 

Des volcans d’Auvergne aux ruelles de Venise, au fil des massifs traversés et des îles abordées, ces mêmes enfants prennent goût à la route, au voyage... En témoignent les carnets qu’ils enrichissent chaque matin, de billets de ferries, de coquilles d’oursins, de dessins et remarques pleines de malice sur ce qu’ils reçoivent du voyage : les langoustines d’Uglujan, la nonchalance des Slaves, les Wienerschnitzel ou les Bratwurst de Baden Baden sur la route du retour, après une incursion sur le toit de l’Autriche, sur la route du Grossglockner.

 

Transmettre et se souvenir

Voyager c’est transmettre, partager, mais c’est aussi se souvenir. Se souvenir de la Yougoslavie découverte du haut de ses dix ans, au début des années 1980. Autre temps, autre véhicule, un étonnant Sherpa Leyland. Et de se demander ce qui a changé. Certainement pas le bleu de l’Adriatique ou le chant strident des cigales. Et comparé à biens des littoraux européens, la Croatie résiste jusqu’ici plutôt bien à la pression foncière.

 

Bien sûr, il y a le wi-fi dans les campings, des tablettes et autres ipad qui brillent dans la moindre crique et l’on note une réelle modernisation des infrastructures. Mais le plus grand changement nous ramène au début de ce texte. A la chute du rideau de fer, puis des frontières entre membres de l’Union européenne, qui ont permis à des peuples qu’on ne croisait guère dans les années 1980 de découvrir les sublimes paysages croates. Aux vacanciers allemands et italiens qui se partageaient largement le littoral se sont ajoutés des Polonais, Tchèques, Hongrois ou Slovaques faisant de la Croatie un lieu de retrouvailles idylliques entre Slaves du nord et Slaves du sud.

 

C’est sans doute Ljubljana, cette douce capitale où nous passons une soirée délicieuse sur la route du retour, qui synthétise le mieux les différentes cultures et civilisations traversées durant ce voyage. Avec un pied fermement ancré dans l’Europe centrale, celle du baroque et de l’élégance transalpine, l'autre effleurant avec indolence les rives de la Méditéranée, Ljubljana est une étape de charme pour quiconque aborde les Balkans.

Author image
Thèmes associés : #De retour de

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@