En Cornouailles britannique, un philanthrope a créé une extraordinaire arche de Noé végétale dans trois immenses serres, parmi les plus grandes du Monde. Eden Project propose une étonnante plongée dans la forêt équatoriale ou dans le monde méditerranéen, le tout dans un soucis de préservation de l’environnement.

Comme surgies d’un film de science-fiction, les trois dômes apparaissent subitement dans un immense cratère où la végétation reprend peu à peu ses droits. L’endroit contraste avec le charme bucolique de la campagne cornouaillaise voisine qui n’est pas sans évoquer le bocage breton ou normand. Il rappelle que cette région encore très agricole possède une longue histoire industrielle en raison de la richesse de son sous-sol. Dans les environs de Saint-Austell, c’est le kaolin que l’on a exploité massivement dès le XVIIIe siècle, après que les Européens aient appris à fabriquer la porcelaine auprès des Chinois.

C’est donc dans l’imposant cratère laissé par une carrière de kaolin que, dans les années 1990, le milliardaire Tim Smit a décidé de lancer un ambitieux projet écologique et touristique, visant à « régénérer » le lieu. Ce mécène et homme d’affaires avait déjà restauré les étonnants jardins de Heligan, à quelques kilomètres de là. Plus d'infos sur les jardins d'Heligan ici

Plongée dans la forêt vierge

Trois immenses dômes sont construits en deux ans et dans des matières plastiques très résistantes aux variations de température et de pression. Les pentes du cratère sont également végétalisées. Un ingénieux système de récupération d’eau est mis en place pour que l’ensemble soit autosuffisant. Le site est inauguré en 2001 et rencontre d’emblée un énorme succès. Aujourd’hui, Eden Project accueille plus d’un million de visiteurs par an et propose une extraordinaire collection de plantes venues du monde entier.

On pénètre dans les dômes par un sas et, dès les premiers pas, une étrange sensation envahit le visiteur. Il se retrouve plongé dans une ambiance moite, chaude et humide, propre aux pays tropicaux. Le parcours l’entraîne dans une véritable forêt vierge, avec des plantes luxuriantes peu fréquentes sous nos latitudes, comme des bananiers ou des cacaotiers. Elles ont rapidement atteint une taille géante grâce à la hauteur des serres.

On passe ensuite au dôme consacré au climat méditerranéen, plus sec et agrémenté de nombreuses œuvres d’art contemporain. On y trouve notamment des vignes, une orangeraie et une oliveraie. L’un des buts d’Eden Project est de sensibiliser le public à la richesse de la nature. Les jardins extérieurs, où sont cultivées des plantes locales, sont considérés comme un autre dôme et complètent cet incroyable tour du monde végétal. Un dernier dôme est consacré à la préservation de l’environnement, présentant les menaces comme les actions simples à mettre en œuvre.

Il faut compter plusieurs heures pour profiter d’Eden Project qui s’inscrit d’ailleurs dans une vieille tradition des Cornouailles britanniques. C’est en effet là que les navires provenant de l’empire colonial abordaient à leur retour, ramenant des graines exotiques pour les passionnés de botanique qui ont créé de magnifiques jardins dans les petites vallées côtières où règne souvent un microclimat. Nombre d’entre eux sont toujours visitables.

Author image
Thèmes associés : #Reportage

Partagez cet article :

0 commentaires