Depuis le mois de juillet dernier, le croiseur « Aurore » (Aurora en russe) a retrouvé sa place le long du quai Petrogradskaïa à Saint Pétersbourg, après une absence de deux années au cours desquelles il a bénéficié d’une restauration complète. Une restauration impressionnante de qualité qui redonne toute sa gloire à ce bâtiment qui a marqué l’histoire de la Russie et plus largement celle du monde.

Le 25 octobre 1917, l’élégant croiseur de la marine impériale russe, rattaché à la flotte de la Baltique, est mouillé sur la Neva, en compagnie d’une dizaine d’autres navires. Avec une mission lourde de conséquence : le moment venu, il devra tirer un coup de canon à blanc qui donnera le signal de l’assaut du palais d’hiver où siège le gouvernement provisoire formé à la suite de l’abdication du tsar Nicolas II et dirigé par Alexandre Kerenski. Ce qu’il fait, donnant ainsi le coup d’envoi de la Révolution d’Octobre et lançant les Bolchéviques sur le chemin de la victoire. En cette journée d’octobre 1917, le canon de l’Aurore a ouvert la Russie à 80 ans de communisme.

C’est toute cette histoire que nous raconte aujourd’hui le croiseur qui abrite un musée très intéressant qui a largement bénéficié de cette restauration exemplaire dont le coût dépasse les 800 millions de roubles (12 millions d’euros).

Cette histoire et bien plus. Car l’Aurore a sa propre histoire, toute aussi passionnante et profondément liée à celle de la Russie et de l’URSS. Lancé en 1900 à l’arsenal de Saint-Pétersbourg, le croiseur rejoint la flotte du Pacifique où il participera à la désastreuse guerre russo-japonaise de 1904-1905. Il échappera au naufrage, mais, profondément meurtri, il devra se réfugier à Manille où il sera retenu plusieurs mois. Il ne retrouvera Saint-Pétersbourg qu’en 1912.

Il participera ensuite à la Première guerre mondiale et même à la Seconde. Lors du terrible siège de Saint-Pétersbourg devenue Leningrad, ses canons sont démontés et transportés sur le front lutter contre les Allemands.

La visite de l’Aurore est une étape qui s’impose tout naturellement lors d’un séjour dans la ville de Pierre le Grand.

L’Aurore a retrouvé depuis juillet son poste sur la Neva après une restauration particulièrement réussie

A l’avant du bateau, le canon qui donna le signal de la Révolution d’octobre, il y aura cent ans l’année prochaine.

Pas frileux, le vieux marin !

Photo souvenir sur le pont de l’Aurore. Depuis qu’il a été transformé en musée, le croiseur a reçu des millions de visiteurs.

Dans le musée, de superbes tableaux raconte de manière épique la longue carrière de l’Aurore.

Durant la Seconde guerre mondiale, lors du terrible siège de Leningrad, les canons de l’Aurore furent débarqués et envoyés au front.

Partir en Russie à Saint-Pétersbourg

Author image
Thèmes associés : #Actu

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@