Ils ont tout lâché de la douceur tourangelle pour reprendre un riad sous le soleil torride de Marrakech. Sandrine et Gératel sont à la tête depuis un peu plus d'un an du Riad Soleil, le bien nommé, dont ils veulent faire une étape cocooning et incontournable de la ville ocre.

Elle, de Tours, a 48 ans ; lui, de Martinique, 41. Dans leurs vies antérieures, chacun de son côté était allé au moins une fois à Marrakech. Quand au gré des hauts et bas de l'existence, ces amis de plus de dix ans ont choisi de poursuivre ensemble un chemin de couple, leur première destination de vacances fut logiquement Marrakech. « C'était en mai 2014 pour une petite semaine de congés, raconte Sandrine. Tout de suite nous avons senti que c'était ici que nous devions venir vivre notre amour. » Et Gératel de poursuivre : « il y a une liaison aérienne low-cost direct Tours-Marrakech avec Ryanair et du coup, nous sommes dès lors revenus chaque mois passer plusieurs jours pour dénicher le riad de nos rêves. » Ces habitations typiques de la médina de Marrakech fermées sur l'extérieur et organisées autour d'un patio et d'une terrasse ont connu un grand engouement des Français il y a une vingtaine d'années... avant que certains ne déchantent ou n'arrivent finalement pas à se faire au bouillonnement local. « Beaucoup de paramètres sont à prendre en compte, explique Gératel, et nous avons été très consciencieux dans nos recherches : d'abord un bon emplacement, puis bien vérifier les documents administratifs côté propriété et foncier. » Quartier par quartier, le couple a écumé la ville, d'abord seuls, puis avec un agent immobilier. « Au 3ème séjour, nous avions visité ce riad mais nous voulions en voir d'autres pour être certains, dit encore Sandrine. En juin 2015, le compromis de vente était signé et nous en avons pris possession en novembre suivant. » Elle a quitté son emploi dans la restauration à Tours, lui a mis en sommeil sa petite entreprise de bâtiment pour une nouvelle vie.

En évolution permanente

Avec ses 5 chambres d'hôtes, le Riad Soleil était déjà apte à recevoir des clients. « C'était notre choix de travailler tout de suite plutôt que d'engager de lourds travaux de transformation qui, avec fermeture obligée, nous auraient peut-être mis en péril financier faute de rentrées, argumente Gératel. Alors nous posons notre touche au jour le jour quand nos hôtes sont en visite à l'extérieur avec des travaux échelonnés. » Qui sera venu au Riad Soleil l'automne passé le trouvera forcément beaucoup changé au printemps prochain car Gératel en professionnel du bâtiment sait faire avancer des chantiers selon les inspirations du couple. « Avant l'été, une 6ème chambre sera créée au rez-de-chaussée, et sans doute une suite en terrasse d'ici un an, explique Sandrine. Entre temps, un solarium surélevé permettra depuis la terrasse d'avoir une vue magnifique sur les monts enneigés de l'Atlas d'un côté et sur la ville de l'autre. » Mais déjà le grand atout du Riad Soleil réside dans son emplacement unique comme l'a voulu le couple. Juste à la jonction des quartiers réputés de la Kasbah, de la Médina et du Mella, l'ancien quartier juif. A quelques mètres, des palais de la Bahia et el Badii, et des tombeaux Saâdiens. A dix minutes à pied de la place Jemaâ el Fna via des rues typiques. Et Sandrine et Gératel, qui peuvent monter toute excursion dans la région, ne sont pas avares de bons tuyaux pour rencontrer Marrakech au mieux. « Nous ne nous sommes jamais posés la question de savoir si nous avions fait le bon choix en quittant la France pour venir ici, sourient-ils. Les voisins nous ont adoptés, on fait les courses pour les repas des hôtes au marché du coin de la rue... c'est cette douceur de vivre marocaine que nous voulons redonner ! »

Marchand d'épices des rues

Sandrine et Gératel à l'étage de leur riad

Pour en savoir plus : www.riadsoleil.com

Author image
Thèmes associés : #Rencontre

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@