L’empereur doit s’en retourner dans sa tombe. Alors que l’on va célébrer en 2021 le bicentenaire de la mort de Napoléon à Sainte-Hélène, l’île perdue dans l’Atlantique Sud, à 1930 km des côtes africaines et 3500 km des côtes brésiliennes, vient de pendre son statut de territoire le plus isolé au monde. L’exil de Napoléon n’avait pas été choisi par hasard par les Anglais. Après sa fuite de l’île d’Elbe, ils étaient surs, qu’à Sainte-Hélène, il n’allait pas filer à l’anglaise. Et l’isolement de l’île qui constitue avec Ascension et Tristan da Cunha un territoire d’outre-mer, ne vient d’être rompu que par la construction d’un aéroport, véritable prouesse d’ingénierie sur ce rocher volcanique de 122 km². Il aura fallu plus de 5 ans et un investissement de 300 millions d’Euros pour aménager la piste de 1650 m, à plus de 300 m au dessus de la mer. Les efforts ont été récompensés ce mardi 19 avril 2016. Un Boeing 737 de la compagnie sud-africaine Comair en provenance de Johannesburg s’est effet posé pour la première fois sur Sainte-Hélène. Une petite révolution pour les 4700 habitants de l’île qui ne sont désormais plus qu’à 4 heures de vol de la métropole sud-africaine. Jusque là, le seul lien régulier avec le continent était un cargo qui assurait la liaison avec Le Cap en 5 jours de navigation.

 
-
 
-
 
-
 
Author image
Thèmes associés : #Actu

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@