Benidorm, on aime ou on n'aime pas ! A 45 km au nord d'Alicante, l'ancien petit port de pêche méditerranéen a pris il y a 50 ans le virage du béton et du très haut pour se donner un avenir dans le tourisme. Son skyline serait ainsi répertorié comme le plus beau après celui de New-York, s'il vous plaît. Des tours donc où des architectes se sont fait plaisir. Et aussi bizarre que cela paraisse, nous, on a finit par y trouver un certain charme, si ce n'est un charme certain. Mais dans le registre du bizarre, l'Eglise Nuestra Señora del Carmen nous a tout de même laissé pantois. D'abord, même placé sur l'Avenue de la Méditerranée, la grande artère de Benidorm, le bâtiment ne se découvre qu'en levant la tête, entre un supermarché kitch et un immeuble austère.

Il y a ce qui doit symboliser un porche sous la forme d'une vague de béton à l'envers surplombant d'un rien le trottoir avant d'accéder à des marches immenses amenant au lieu de culte au toit en quinconce... bref du contemporain comme y'en a qui disent. On s'apprête à passer son chemin (de croix?) quand le clocher attrape le regard : de superbes appartements avec belles terrasses y sont accrochés pour une vue inégalable sur la mer et la plage de Levante. Face à notre air sidéré, un voisin nous baragouine un por qué du por qué. D'après lui, le terrain était voué à un lieu de culte dans le plan d'urbanisme. Ce qui enrageait les promoteurs immobiliers. L'un aurait négocié avec les autorités religieuses pour construire des logements au long du clocher et aurait surtout payé l'addition globale. Et puisque l'affectation du terrain au sol était respectée, la mairie ne pouvait rien y redire. Après ça, le premier à oser insinuer que le Saint-Esprit n'existe pas se fera sonner les cloches, non mais !

 

 

Author image
Thèmes associés : #Brèves d’escales

Partagez cet article :

0 commentaires