La Place Saint-Marc bondée de touristes et de pigeons, les canaux embouteillés de vaporetti, les vitrines clinquantes de masques made in Taïwan, la foule bousculante sur le Rialto... oubliez ! Venise peut se savourer pour soi seul ou presque. Juste mettre un réveil sur 5h30, enfiler une petite laine, se faufiler dans l'ombre vacillante, et c'est une autre cité des Doges qui s'offre à vous. A 6h, Venise s'éveille.

Les balayeurs sont plein de balais, les boulangers font des pizzas, les bâches câlinent les gondoles au repos, les lampadaires baroques s'éteignent l'un après l'autre... tout dort encore un petit peu avant l'explosion quotidienne de la cité. Même le soleil n'a ouvert qu'un demi œil pour se préserver de la journée qui l'attend. Venise n'est jamais aussi belle que lorsqu'elle s'étire de son sommeil. Et par chance, une petite pluie fine aime souvent à saluer brièvement l'aurore. Un quidam au parapluie rouge peut alors se poser au centre d'une Place Saint-Marc engourdie, prête à s'offrir uniquement à lui. Moment savouré aussi par les valseurs du balai, tôt sortis du lit mais heureux sans les millions de pieds en tongs des heures chaudes, pour caresser des dalles humidifiées à souhait par la petite ondée. Les premières tables et chaises des futures terrasses bondées sont exhumées de leur antre nocturne mais Florian, le café emblématique de la place, n'a pas encore fait tomber ses panneaux de bois mal fagotés. Qu'importe pour un couple empressé vers une probable correspondance aérienne qui le ramènera à des amours plus quotidiennes. La longue colonnade de Saint-Marc semblerait bien se vouter un peu plus pour les saluer mais aucun arrivederci chantant ne sortira de derrière les rideaux de fer baissés des boutiques de luxe. Vigilant plus qu'à toute autre heure, le lion ailé toise les quais de la lagune du haut de sa colonne et déchire les derniers voiles de la nuit. La pluie va bientôt aussi s'en aller mouiller d'autres têtes ailleurs. Les premiers stands à roulettes de ballons à icône de Mickey font entendre deux ruelles plus au nord leurs claquements caractéristiques sur le pavé. Les balais sont remisés dans une brouette.

La Place est nette, Venise peut se lever.

 

Author image
Thèmes associés : #Reportage

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@