Nos rédacteurs, voyageurs passionnés, vous livrent, au fil de leurs escales et de leurs pensées, leurs humeurs du moment, leurs coups de gueule d'un soir. Des plumes irrésistibles qui nous font voyager avec délectation.

Comme moi, vous avez déjà fait du toboggan. SI si, tout petit, au moins une fois. Alors? Oubliez l'expérience passée pour vous essayer au VRAI toboggan, celui qui descend de la colline de Monte vers Funchal, capitale de la portugaise Madère.

Assis dans un panier d'osier bi-place monté sur patins de bois, ce sont 2 kilomètres de glissage jusqu'à 50 km/h que vous offrent deux solides gaillards, vêtus de blanc et canotier. Ni freins, ni volant, juste leurs épaisses chaussures pour ralentir et guider au long de voitures en stationnement jusqu'à l'arrivée en schuss. Dix minutes plus tard. Ces « carros de cesto » ont vu le jour vers 1850 pour descendre vers le marché les légumes cultivés sur la colline. Puis, ils ont été adoptés par les riches résidents des belles villas pour s'économiser, malgré l'inconfort d'alors des pavés, un long parcours en calèche via la route normale. Aujourd'hui, le court voyage n'a rien perdu du côté aventure face au sage téléphérique pris pour l'ascension vers les incontournables jardins tropicaux et Nossa Senhora do Monte, l'église où repose Charles 1er d'Autriche, dernier des Habsburg, empereur d'Autriche Hongrie décédé ici en exil le 1er avril 1922. Après quelques mètres à vous tirer, les deux pilotes sautent à l'arrière et disparaissent de votre horizon, vous laissant face à la pente et ses virages avec pour seul bruit le frottement de leurs godillots sur l'asphalte et pour vision la pointe des vôtres dépassant de la luge. Certains crient, d'autres se remémorent des brins de prières, et tous, visage fouetté par la vitesse, on commence à se demander comment ensuite, on pourra bien raconter cette expérience unique au monde aux terriens ordinaires.

Author image
Thèmes associés : #Brèves d’escales

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@