Datées de 17 000 ans, les fresques de Lascaux sont l’un des premiers chefs d’œuvre créés par l’Homme. Si la grotte originelle est fermée au public pour des raisons de protection, la visite de son fac-similé est une expérience unique, renforcée par l’ouverture d’un nouveau centre en décembre 2016.

C’est une étrange émotion qui étreint le visiteur en pénétrant dans la salle des Taureaux, la première de la grotte de Lascaux, tant les quatre aurochs, les cervidés et les bovins qui dansent autour d’eux, semblent vivants sur les parois de calcaire. Il y a 17 000 ans, l’éclairage était assuré par des petites lampes de graisse. La fumée, la lumière vacillante des flammes devaient encore plus renforcer l’impression de mouvement, faisant de ces fresques une sorte de dessin animé préhistorique.

La deuxième salle visible, avec de nombreux chevaux sauvages, est tout aussi saisissante. Certaines bêtes semblent sauter d’une paroi à l’autre et nous entraînent vers les profondeurs de la terre. On se sait rien du ou des artistes qui ont créé ce chef-d’œuvre au Paléolithique, mais ils ont fait preuve d’une incroyable maîtrise technique, utilisant le relief de la paroi, dessinant des animaux en surimpression et en maîtrisant magistralement les proportions et surtout la perspective, une notion qui ne sera théorisée que durant la Renaissance. En visitant la grotte, Pablo Picasso aurait d’ailleurs déclaré qu’il avait trouvé son maître.

Chapelle Sixtine de la Préhistoire 

Découverte en 1940 par des enfants, la grotte de Lascaux a été étudiée par le grand préhistorien, l’abbé Breuil qui l’a qualifié de « chapelle Sixtine de l’art pariétal ». Son aspect spirituel ne fait guère de doutes, même si le message nous échappe et que les rites religieux des hommes de Cro-Magnon se sont perdus dans les limbes du temps. Ainsi, parmi les figures représentées, on ne compte aucun renne, qui constituait l’essentiel des animaux chassés alors. Ce sont au contraire des aurochs, des bovins et des chevaux sauvages qui ont été peints. Contrairement à une idée reçue, les hommes du Paléolithique n’habitaient pas dans ce genre de grotte, mais dans des abris dans la vallée de la Vézere. L’endroit était l’un de leurs sanctuaires.

La grotte de Lascaux a été ouverte au public entre 1948 et 1963, ce qui a entraîné une dégradation des peintures originales et la prolifération de bactéries. A la tête du tout jeune ministère de la Culture, André Malraux décide de sa fermeture au public et de la création d’un fac-similé dans une grotte voisine. Il faudra près de 20 ans pour construire Lascaux 2 qui va être bientôt remplacé par un nouveau centre sur l’art pariétal. Ouvert à partir de décembre 2016, Lascaux 4 proposera une découverte de l’intégralité de la grotte reconstituée et une plongée saisissante dans le monde du Paléolithique grâce aux nouvelles technologies.

Abri -® Casson Mann.jpg

Art contemporain -® Casson Mann.png

Lascaux II - 1er TAUREAU -® Semitour.jpg

Lascaux II - chevauxchinois -® Semitour.jpg

Lascaux II - grand taureau -® Semitour.jpg

Perspective -® Snohetta.jpg

Perspective de nuit -® Snohetta.jpg

Theatre -® Casson Mann.jpg

zone numerique -® Casson Mann.jpg

 

 

 

 

 

Author image
Thèmes associés : #De retour de

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@