Le football est pratiquement considéré comme une religion au Brésil, une terre qui a accouché de nombreux génies sportifs au XXe siècle et dont le souvenir est toujours présent dans le stade de Rio. Et la mythique pelouse du Maracanã accueillera naturellement les athlètes et les touristes, lors des Jeux Olympiques de 2016 qui vont bientôt démarrer.

Certains stades méritent à juste titre le titre de monuments historiques, mais le Maracanã de Rio peut particulièrement le revendiquer, au vu des champions qui ont évolué ou des matchs d’anthologie qui s’y sont déroulés. Introduit par un Anglais en 1894, le football est devenu au siècle suivant l’une des grandes passions du Brésil. Le pays étant resté neutre pendant la Seconde Guerre mondiale, il est choisi pour accueillir la troisième coupe du Monde, en 1950. Les dirigeants brésiliens décident alors de bâtir le plus grand et le plus beau des stades du Monde. A partir de 1948, près de 10 000 ouvriers s’activent à bâtir la légendaire enceinte.

Le Maracanaço
Le stade, le plus grand du monde à l’époque, est inauguré lors du match d’ouverture de la coupe du Monde que le Brésil semble survoler. Les Auriverdes éliminent, en quart et en demi-finale, la Suède puis l’Espagne sur les scores cruels de 7 à 1 et 6 à 1. La finale a lieu au Maracannã, le 16 juillet 1950, contre l’Uruguay. Les Brésiliens mènent 1 à 0 à quelques minutes de la fin. Jules Rimet descend la tribune pour leur remettre la coupe. C’est alors que les Uruguayens mettent deux buts à la stupeur des 220 000 spectateurs ! Les Brésiliens ont appelé l’événement le Maracanaçao, le « choc » du Maracanã, à peine vengé, le 16 juillet 1989, par une victoire en Copa Américana contre les voisins uruguayens.

Stade de légende
Après cette défaite au goût amer, le Brésil va largement se rattraper par la suite, gagnant cinq coupes du monde, dont trois avec son génie Pelé. C’est au Maracanã qu’il marque d’ailleurs son millième but, en 1969, sous les couleurs du club de Santos. Et le 20 janvier 1983, la dépouille d’une autre légende, Garincha, est présentée dans le stade devant des milliers de personnes. Pendant la seconde moitié du XXe siècle, le Maracanã voit l’affrontement des plus prestigieuses équipe du Brésil, notamment les matchs Flamengo-Flumiense.

Reconstruction
Pour sa seconde coupe du monde, le Brésil décide de reconstruire son enceinte mythique qui a accueilli la finale 2014. Le Maracanã en avait bien besoin, ayant souffert de l’usure du temps et des supporters. Son anneau est reconstruit, tandis que sa façade est préservée, en raison d’un classement historique. Son toit permet désormais de recevoir les eaux fluviales et son nouvel agencement offre une extraordinaire luminosité.
En 2014, le Maracanã a accueilli la finale de la coupe du Monde entre… l’Allemagne et l’Argentine. Quelques jours auparavant, les Allemands avaient en effet humilié les Brésiliens 7 à 1 en demi-finale… à Belo Horizonte. Un nouveau traumatisme à surmonter, en attendant le lancement des JO de Rio.
 

Author image
Thèmes associés : #Actu

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@