Depuis son inauguration il y a deux ans, le nouveau musée Soulages a attiré plus d’un demi million de visiteurs en Aveyron. Il démontre que l’art et la culture peuvent constituer un formidable levier de développement touristique.

À quelques centaines de mètres du centre de Rodez, le nouveau musée Soulages vient compléter une offre culturelle déjà fournie, puisque la préfecture de l’Aveyron compte déjà deux autres musées. Le bâtiment, aux lignes élégantes, a été conçu par un cabinet d’architectes catalans. Il est constitué de plusieurs cubes recouverts d’acier Corten, au cœur d’un ancien jardin public, et s’insère parfaitement avec les vieilles bâtisses environnantes. Inauguré par le président de la République, il sert d’écrin à près de 500 œuvres données par Pierre Soulages, l’un des artistes contemporains européens les plus côtés. L’ensemble de la collection du musée est en effet estimé à près de 20 millions d’euros.

Figure de l’art abstrait, Pierre Soulages est né à Rodez, en 1919 et il est resté fortement attaché à son pays natal. Malgré la nature non figurative de ses œuvres, les vieilles pierres du massif central, les villages d’Aveyron et les rudes paysages des Causses ont façonné son imagination. C’est d’ailleurs en visitant la splendide abbaye Sainte-Foy de Conques, à l’âge de 12 ans, que sa vocation artistique s’est éveillée. La découverte des peintures de la Préhistoire, nombreuses dans les grottes de la région, a également constitué, pour lui, un choc artistique.

Art abstrait et outrenoir

C’est à la fin des années 1930 qu’il se rend à Paris pour suivre une formation aux beaux-arts, mais il multiplie les allers-retours avec sa terre natale pour fuir un microcosme artistique qu’il juge futile. Son talent explose après-guerre, lorsqu’il se lance dans l’art abstrait où le noir domine. Son œuvre détonne et déconcerte, mais le succès est rapide et il expose rapidement dans le monde entier. « Je ne représente pas, je présente. Je ne dépeins pas, je peins », explique-t-il.

À partir de 1979, Pierre Soulages invente le concept d’outrenoir, une recherche fondée sur la réflexion de la lumière par le noir. « J’aime l'autorité du noir, indique-t-il. Sa gravité, son évidence, sa radicalité. Son puissant pouvoir de contraste donne une présence intense à toutes les couleurs et lorsqu'il illumine les plus obscures, il leur confère une grandeur sombre. » Les sillons et les crevasses créent des jeux de lumières et de couleur dans l’obscurité apparente de ces grands tableaux, dont plusieurs sont désormais exposés au musée de Rodez.

Depuis septembre 2016, plus de 500 000 visiteurs ont fréquenté le musée Soulages, devenu désormais l’un des principaux équipements culturels et touristiques de la région Occitanie. À l’instar du musée Guggenheim de Bilbao, il démontre que l’art, et particulièrement l’art contemporain, peut être un formidable atout pour le développement des territoires.

Un outrenoir, concept inventé en 1979

Le nouveau musée Soulages de Rodez

Au coeur du nouveau musée Soulages

Author image
Thèmes associés : #Reportage

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@