Rencontrer un agent de voyage se révèle souvent déjà un voyage en soi. Ainsi, comme nombre de ses confrères, Georges Papierski a l'art d'emmener l'imagination en quelques mots et images vers des destinations, des sensations... mais avec chez lui un rien de plus quand le regard bleu se plisse, signe de toute son attention à son interlocuteur. Un éclat issu d'un parcours pour le moins atypique.

 

Né dans une famille minière de la vague polonaise dans le Nord, Georges Papierski, 58 ans, s'est dès l'enfance rêvé kinésithérapeute. Il dirige donc aujourd'hui deux agences de voyage avec son associée Christelle Carré à Lille et Cysoing dans le même Nord. Logique ! « Après deux bonnes années d'école de kiné, en butte avec la direction, j'ai tout laissé tomber du jour au lendemain à quelques mois du diplôme, s'amuse-t-il. J'avais à l'époque fait connaissance d'un gars introduit dans le monde du cirque et, comme je n'avais du coup rien d'autre à faire, je l'ai rejoint. Et peu de temps après, j'étais sur la piste. » Pendant trois ans, à raison de 220 villes par année dans sa propre caravane, il sera au cirque Rancy, puis Pinder Jean Richard, le Monsieur Grande Illusion, celui en grand habit qui transperce son assistante d'épées, qui fait disparaître des personnes derrière un voile ou dans une malle. « Je peux vous l'avouer maintenant : il y a un truc ! Mais ne comptez pas sur moi, même sous la torture, pour le révéler. » C'est l'appel pour le service militaire qui à 23 ans, l'oblige à quitter les chapiteaux. Lui l'ancien étudiant kiné se voit ainsi affecté en Allemagne comme infirmier militaire. « Sur les routes des cirques, j'avais pris goût au voyage, alors à la sortie de l'armée, j'ai mis la barre un peu plus haut en rejoignant l'école de stewards et hôtesses de l'air. »

Aux quatre coins du monde

Diplôme en poche, pour Air France, de 1982 à 1985, il assistera et accompagnera les passagers sur les vols vers l'Afrique de l'ouest et l'Europe. « J'ai transformé les escales de 48 à 72 heures en autant d'occasions de découverte de pays. Je voulais en visiter d'autres mais face aux difficultés internes d'être affecté sur d'autres lignes, j'ai préféré partir. J'avais fait le tour du métier. » Un bref retour en Allemagne pour assister durant six mois son frère ainé éditeur d'art contemporain basé à Dusseldorf et Georges revient en France pour se lancer dans une première aventure d'agence de voyage. Cinq ans plus tard, en désaccord sur le développement avec son associé, il revend ses parts et s'envole aux quatre coins du monde. « Un jour, de passage dans le Nord, j'ai retrouvé lors d'un repas familial une amie d'enfance. Elle travaillait à Rome dans le tourisme et avait le mal du pays. Et moi, je me cherchais un avenir. L'idée de créer ensemble notre propre agence a vite surgi et en janvier 1995, nous ouvrions Nord-Evasion à Lille. » Le binôme fonctionne à merveille, chacun sa vie de couple de son côté et rien que le plaisir de se retrouver au bureau pour une passion commune du voyage. Une seconde agence Nord-Evasion est lancée en 2003 et en 2007, les deux boutiques passent sous franchise Havas. « Aujourd'hui, nous avons toujours le même engouement le matin à ouvrir les portes à nos clients dont beaucoup sont devenus des fidèles, voire des amis.

Caroline et Fanny, conseillères, nous ont rejoints entre temps. Je voyage sans doute moins personnellement qu'avant mais j'avais pris un peu d'avance, non ? »

Author image
Thèmes associés : #Rencontre

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@