Mercredi 19 juin, Michel Salaün, Pdg et Jérôme Tréhorel, directeur du festival des Vieilles Charrues à Carhaix, ont renouvelé un partenariat qui illustre l’implication du groupe Salaün dans le domaine de la culture.

« Cela fait quatre ans que nous sommes partenaires, estime Jérôme Tréhorel, directeur des Vieilles Charrues. On en est super content et on se demande encore pourquoi on ne l’a pas fait avant ! Il nous offre une palette de possibilités originales, notamment en matière commerciale ou de transports d’artistes. On est ravi car cette initiative contribue à donner une belle image de la Bretagne et du territoire. »

Le partenariat entre le plus important des festivals de l’Hexagone et le groupe Salaün remonte à 2016, lorsque les Vieilles Charrues se sont naturellement rapprochées du tour opérateur finistérien pour organiser leur opération à New York, à l’occasion des 25 ans du festival. Plusieurs centaines de Bretons étaient alors partis pour un rassemblement festif à Central Park. « Un très bon souvenir, a expliqué Michel Salaün. On a plein de projets et d’opportunités pour l’avenir. » Jérôme Tréhorel a d’ailleurs confié que l’équipe des Charrues réfléchissait à un nouvel évènement pour les 30 ans du festival, en 2021.

L’un des plus grands festivals européens

Créé par un groupe d’amis en 1991 qui voulaient faire « bouger le centre Bretagne », les Vieilles Charrues se sont imposées comme l’un des cinq plus grands festivals de musique européens et le plus important en France, avec 280.000 entrées sur quatre jours. « Nous ne souhaitons pas augmenter notre jauge, indique Jérôme Tréhorel. C’est déjà colossal en termes de fréquentation avec 70.000 personnes par jour. »

La recette du succès ? Une organisation impeccable, des milliers de bénévoles aux petits soins et une programmation éclectique. « C’est un véritable défi, car il faut réunir toutes les tendances musicales, offrir une programmation qui plaise à toutes les tranches d’âge et à tous les publics. » Un rapide coup d’œil sur le site du festival permettra de se rendre compte de la richesse de la programmation de la cuvée 2019.

Pérennisation

Implanté en Finistère, le groupe Salaün est partenaire de plusieurs festivals, comme Le Bout du Monde dans la presqu’île de Crozon ou la Fête du bruit à Landerneau. Il s’inscrit durablement dans le paysage culturel local. Son implication dans les Vieilles Charrues est donc naturelle. « C’est un partenariat majeur pour nous, estime Jérôme Tréhorel. Nous avons besoin de partenaires régionaux solides qui nous aident à pérenniser le festival pour les vingt prochaines années. »

Confrontés à une certaine « industrialisation » des grands festivals, les Vieilles Charrues ont conservé leur structure associative et locale. « Nous n’avons pas augmenté nos tarifs depuis 6 ans, rappelle Jérôme Tréhorel. C’est une fierté ! » Pour optimiser ses coûts et rester concurrentiel et attractif, le festival va développer des équipements durables sur le site de Kerampuilh, à Carhaix, où il se tient depuis 1998. « Cela nous permettra de monter les structures plus rapidement et plus facilement. On sera aussi capables d’accueillir des artistes internationaux lors de leurs tournées pendant toute l’année. »

En près de trente ans, les Vieilles Charrues ont accueilli des centaines d’artistes internationaux. C’est donc naturellement que le groupe Salaün s’est associé avec le festival pour tracer leur sillon autours du Monde.

Réunion entre Salaün Holidays et les Vieilles Charrues, à l'occasion de leur partenariat

Michel Salaün, Pdg et Jérôme Tréhorel, directeur du festival des Vieilles Charrues

Author image
Thèmes associés : #Actu

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@