Le Sultanat d'Oman, pays de Sinbad le Marin, de la Reine de Saba et de l'encens, a tout des Mille-et-Une Nuits. Au delà des paysages exceptionnels, c'est le rapport à l'eau qu'entretiennent les Omanais qui étonne. En bien. La mer au long de 1700 km de côtes mais surtout l'eau douce, objet d'une gestion collective maîtrisée depuis des millénaires pour le bien être de chacun.

Les 4 millions d'Omanais ont deux passions : la voiture et le pique-nique. Et le vendredi, jour de repos hebdomadaire, on marie les deux pour investir en famille les somptueux wadi, vallées encaissées vertes où coule un oued, ou une des nombreuses sources d'eau chaude.

Dans ce registre, Ain A'Thawwarah, près de Nakhal, détient la première place. Au long de la semaine, les touristes viennent s'y plonger avec ravissement et le vendredi donc, c'est au tour des habitants de la capitale Mascate, à 120 km à l'est, de rejoindre le flot de compatriotes du cru. Dans le coffre, fauteuils et tables pliantes, chichas, que l'on pose directement dans la rivière s'écoulant de la source. Bien sûr, le

4X4 a traversé le cours d'eau pour rester garé au plus près pendant le pique-nique. Entre les échanges en tirant sur la pipe à eau, les ébats libres des enfants, les conversations des femmes, les baignades groupées autour des retenues d'eau chaude, c'est toute la communauté omanaise qui se retrouve et profite du bon vivre de son pays, rare exception de paix dans un Moyen-Orient chahuté. Ce vendredi de novembre, il faisait beau, comme les 364 autres jours de l'année, sur Ain A'Thawwarah.

Author image
Thèmes associés : #Portfolio

Partagez cet article :

0 commentaires

Réagir

@